Stanley Milgram

«Chacun de nous a tendance à accorder plus d'importance à l'autorité qu'à l'individu. Nous voyons en elle une force impersonnelle dont les diktats l'emportent sur le souhait ou le désir d'un simple mortel.» Il est «par trop simpliste de se représenter le défenseur d'une noble cause comme un individu en lutte perpétuelle avec l'autorité malveillante. La vérité est que l'essentiel de sa noblesse, les valeurs qu'il oppose à l'autorité malveillante ont elles-mêmes leur origine dans l'autorité.» En réalité, «la recherche d'une explication totalement personnalisée de l'obéissance () trahit une tendance culturelle profondément enracinée à voir dans les actes la conséquence d'un trait permanent de l'individu plutôt que le résultat de l'interaction de la personne et de son environnement.» Car, «dans la vie quotidienne, beaucoup de gens accomplissent des actions dont ils attribuent l'origine à leurs qualités morales alors qu'elles leur sont également dictées par l'autorité.»