Jacques-Philippe Leyens

«Pour interagir de façon continue, compétente et efficace, nous devons percevoir notre environnement et les personnes que nous côtoyons ou dont nous entendons parler comme une structure simple, dotée de stabilité et de significations.» Il s’ensuit que généralement «nous expliquons un comportement que nous qualifions de timide par le fait que son auteur est timide et nous concluons en disant qu’il a telle personnalité parce qu’il produit tel comportement.» Une autre théorie préconçue source de jugements définitifs part de l’idée que «l’homme est profondément bon et raisonnable. Ils [les gens] en infèrent donc que les contrevenants doivent avoir une personnalité particulière qui expliquerait l’aberration.» On pourrait dire que "l'erreur fondamentale", cette propension à négliger les “facteurs situationnels“, et «osciller entre une bonté et une méchanceté foncières, revient à adhérer à une même théorie implicite, plus générale que les précédentes: c’est la personnalité des gens qui dicte leurs comportements.»