Clément Rosset

Ce qu'il y a «d’original dans la réfutation schopenhauerienne de la liberté, c’est qu’elle se fonde sur la qualité humaine qui semble à première vue le reflet même de sa liberté, et la meilleure preuve qu’on en puisse donner la volonté.(…) Cette volonté, dans laquelle on voyait le signe de l’indépendance, est tout au contraire le lieu précis de la servitude.» À ce propos, «lorsque nous nous interrogeons sur les mouvements de notre corps,(…) nous faisons l’expérience personnelle de (…) cette motivation cachée qui préside à toutes les relations de cause à effet et qu’on sent présente dans toutes les forces naturelles.» Car, «il n’est pas question pour Schopenhauer de ramener l’homme à des “instincts, mais dinscrire la totalité du comportement humain dans une égale et identique nécessité.» De ce point de vue «l’humiliation repose donc en réalité sur le sentiment de l’absence de causalité, qui est le seul aspect profondément asservissant des instincts.» Ainsi, «aux sources de l’étonnement schopenhauerien (…): on ne se demande plus pourquoi il y a un monde, mais d’où provient le besoin de lui attribuer une cause.»