img017

Posant que «les idées abstraites sont le produit d'un étrange renversement qui fait que les idées particulières, seules "réelles", nous apparaissent spéculairement comme les cas particuliers d'un fantasme», Jean-Pierre Cléro caractérise ainsi «la formation d'une autorité: le renversement de l'inexistant en quelque chose qui est plus réel, par sa force symbolique, que les existants qui l'ont conditionné.» De cette façon, «l’autorité fabrique un abri contre la violence du réel; elle est un échange ou une substitution de dominations.(…) L'autorité n'est pas le réel quoiqu'elle puisse se donner pour tel, puisqu'elle est la gestion qui aménage l'éclat impensable du réel.» Car, «l'autorité est liée au fait qu'il faut inévitablement trancher les problèmes de valeurs ; l'existence même le demande.» Autrement dit, «la réflexion de la valeur sur elle-même fait l'autorité.» D’ailleurs, celle-ci «peut constituer des replis en elle-même et se faire autorité de l'autorité. Ce qu'on appelle la légitimité, qu'on entend parfois distinguer de la légalité, n'est autre chose que le droit qu'a l'autorité de s'exercer.» Au fond, «l'autorité fait partie de ces "objets transitionnels" que nous recueillons ou construisons depuis la plus tendre enfance pour nous rendre la réalité supportable.»