Hubert Reeves

Sans les lois de la physique, «l’Univers n’aurait jamais quitté l’état indifférencié de son magma initial.» En revanche, «si leur empire étendait son contrôle déterministe sur tout ce qui se passe, aucune diversité n’existerait dans le monde.» Ainsi, «à chaque cause correspond un effet et un seul, affirmait la physique classique. Non pas un, mais une brochette d’effets possibles, répond la physique quantique. Seules les probabilités de chacun des événements nous sont connaissables.» Toutefois, «les théories du chaos (…) nous présentent, en échange, un nouveau mode d’investigation du futur. Au cours du temps, un système évolue (converge) vers une configuration stable et prévisible (bassin d’attraction) indépendamment de son état initial.» Or, il faut rappeler «qu’un système complexe possède des propriétés émergentes associées à sa globalité.(...) Cette globalisation se retrouve également au niveau psychique. Sa réalité se manifeste en négatif quand elle fait défaut, chez les schizophrènes par exemple. Au cours de la vie elle s’obtient, nous disent les psychanalystes, à travers le processus “d’individuation”, par lequel l’être humain coordonne et conscientise ses différentes pulsions.»