René A. Spitz

«L'acquisition du "Non" sémantique» va de pair avec « le début de la conscience du Soi.» De plus en plus, l'enfant «manifeste une scission entre le Moi et le Soi.(...) Le Moi applique ici au Soi le même moyen qu'il avait appris à appliquer envers sa mère (...) à l'aide d'une "identification avec l'agresseur"». Ceci a conduit à «une objectivation croissante de la mère. Maintenant, l'emploi du "Non" dans ses jeux conduira à une objectivation croissante du Soi.» Ce faisant, «la soumission passive au déplaisir est remplacée par l'agression active. Cette restructuration possède une contrepartie idéationnelle, à savoir la première apparition de la faculté d'abstraction.» Il s'avère que «lorsqu'il devient possible d'employer le refus ou l'assentiment verbal à la place de la haine ou de l'amour, de la résistance ou de la soumission, du combat ou de la fuite, l'étape de la négociation et de la discussion a été amorcée. La communication a déplacé l'action et l'a fait accéder au niveau social.» Par ailleurs, «il est significatif que ce progrès conduit également à une économie d'énergie, tout en étant incomparablement plus efficace pour réaliser les buts de l'individu.»