img011

Wolfgang Blankenbourg se demande «comment ce qui (dans une sphère culturelle déterminée) est valable pour tous doit-il être intégré à la spontanéité propre du sujet, de telle sorte quil puisse alors, de façon tout à fait évidente, être replacé dans le monde commun, comme trait relativement propre au sujet ?» Et note que les schizophrènes «oscillent en permanence dans lalternative entre assumer un modèle et se retirer autistiquement.» Il manquerait à ces patients unfondement de légitimation, ce qui fait qu’ils « donnent facilement limpression extérieure d’être perplexes, de manquer dassurance et en un sens très radical d’être incapables”. À un regard superficiel on peut avoir limpression dune extrême distraction.(…) Le manque dassurance concernant la manière de prendre quelque chose et de le ranger, d’appréhender une chose et de l’interpréter, conduit de tels malades à n’arriver à bout de rien.() Ils sont constamment occupés à produire cette base que le sujet sain présuppose sans y penser, pour pouvoir, à partir de là, se tourner vers les exigences de la vie concrète.» Dès lors, «ce qui nous tend et nous mobilise vers le monde laisse ces patients indifférents. Ils ne se laissent prendre “par” rien, ni par leur honneur, ni par leur orgueil.»