img050

Par “finalité“ en psychologie Carl G. Jung veut «simplement désigner la “tension psychologique immanente vers un but futur, vers une signification à venir”.(…) La colère qu’inspire une injure subie appelle la vengeance, un deuil ostentatoire l’éveil de la pitié chez autrui.» Ainsi, «les indigènes, avant de se mettre en chasse, exécutent des danses, miment la chasse qu’ils vont entreprendre: ils accomplissent l’indispensable “rite d’entrée” pour créer en eux l’humeur, l’état d’âme, l’émotion nécessaires à l’action à accomplir, c’est-à-dire pour éveiller la volonté.» Or, «tout ce qui a une tonalité de sentiment accusée est difficile à manier, étant en relation avec des réactions physiologiques.» Ainsi, le névrosé «ne parvient pas à empêcher les projections néfastes de se nicher (…) dans les objets les plus voisins, où elles ne laissent pas de susciter des conflits. Ceci le met en demeure de se rendre compte de ses projections primitives avec une acuité bien plus intense que ne l’a jamais fait l’homme normal.» Lequel «cultive, il est vrai, les mêmes projections, mais elles sont mieux réparties: l’objet des projections favorables est proche, celui des projections péjoratives se trouve situé à plus grande distance.»