Edgar Morin

«Concevoir tout objet et entité comme clos entraîne une vision du monde classificationnelle, analytique, réductionniste.(...) Mais nous avons la possibilité d’avoir des méta-points de vue. Le méta-point de vue n’est possible que si l’observateur-concepteur s’intègre dans l’observation et dans la conception.» Ainsi, un «principe dialogique nous permet de maintenir la dualité au sein de l’unité.» Par exemple, «chaque cellule de notre organisme contient la totalité de l’information génétique de cet organisme. L’idée donc de l’hologramme dépasse, et le réductionnisme qui ne voit que les parties et le holisme qui ne voit que le tout.» Biologiquement parlant, «un système auto-organisateur se détache de l’environnement et s’en distingue, de par son autonomie et son individualité,» mais en même temps, «il se lie d’autant plus à lui par l’accroissement de l’ouverture et de l’échange qui accompagnent tout progrès de complexité: il est auto-éco-organisateur.(…) L’environnement est du coup à l’intérieur de lui et (…) joue un rôle co-organisateur.» Semblablement, «être sujet, c’est être autonome, tout en étant dépendant. C’est être quelqu’un de provisoire, de clignotant, d’incertain, c’est être presque tout pour soi, et presque rien pour l’univers.»