Sandra Laugier

in Dynamiques de l'erreur (collectif)

Pour Austin, «un des buts de la philosophie du langage ordinaire sera de déterminer toutes les manières variées pour un énoncé d'être malheureux, inadéquat au réel.» Tout comme, «un des buts de la sociologie de Goffman sera de déterminer les manières pour nos actions ordinaires, notre comportement, d'être malheureux, inadéquats à l'ordre social.» Le paradigme de l'erreur serait alors «le geste déplacé, le faux mouvement, le mariage raté, plutôt que le mauvais calcul.» De fait, «cela brouille la distinction entre l'insincérité et l'erreur, comme le montre l'exemple de l'expression courante "je suis désolé", employée dans des circonstances où on ne l'est pas du tout, et où on a même quelque responsabilité dans l'événement déploré.» Dans ce cadre, «les excuses sont inhérentes à la façon d'agir humaine, sont une part essentielle de nos conversations et définissent la morale bien plus que nos (souvent pitoyables) justifications.» Car, «ce n'est pas la règle en tant que telle qui est l'objet de l'enquête sociale ou morale, mais l'expression de ma relation personnelle à la règle sociale, de ma capacité à corriger mes erreurs quelles que soient les circonstances.» La morale «se définit alors, socialement, par la limite à ce qui peut être excusé.»