Alasdair MacIntyre

«Les préceptes qui prescrivent les vertus et proscrivent les vices nous apprennent comment (...) réaliser notre vraie nature et atteindre notre vraie fin. Les défier, c'est être insatisfait et incomplet, manquer ce bonheur rationnel qu'il nous appartient de poursuivre en tant qu'espèce.» Il s'ensuit que «pour produire les biens internes qui sont leur récompense, les vertus doivent être exercées sans souci des conséquences.» Car ces biens «sont le résultat d'une compétition pour l'excellence, mais leur réalisation est un bien pour toute la communauté.» C'est pour cela que «celui qui parvient à l'excellence (…) prend plaisir à y parvenir et à l'activité déployée pour y parvenir.» En somme, «l'unité d'une vie humaine est l'unité d'une quête narrative.(...) Une quête nous apprend toujours ce que nous cherchons et ce que nous sommes.» Autrement dit, «la bonne vie pour l'homme est une vie passée à la recherche du bien pour l'homme, et les vertus nécessaires à cette recherche sont celles qui nous permettent de comprendre tout ce que la bonne vie pour l'homme peut être.»