30 janvier 2018

Emmanuel Mounier, Le personnalisme

  «L'homme peut vivre à la manière d'une chose. Mais comme il n'est pas une chose, une telle vie lui apparaît sous l'aspect d'une démission.» De son côté, «l'homme du divertissement vit comme expulsé de soi, confondu avec le tumulte extérieur: ainsi l'homme prisonnier de ses appétits, de ses fonctions, de ses habitudes, de ses relations, du monde qui le distrait.» En fait, «la vie personnelle commence avec la capacité de rompre le contact avec le milieu, de se reprendre, de se ressaisir, en vue de se ramasser sur un centre, de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

J.D. Nasio, L’inconscient,c'est la répétition

  «Être contraint à extérioriser le passé refoulé, et ce à maintes reprises, est une poussée plus irrésistible que la tendance au plaisir.» Car, «à chaque répétition, instruit par l'expérience, j'accrois mes connaissances, j'apprends à relativiser; et enfin je consolide mon identité parce qu'à force de répéter je confirme que je suis le même hier et aujourd'hui.» Cependant, ce «qui nous conduit à répéter la même manière d'aimer et de souffrir avec l'amour, la cause qui nous entraîne à revenir inlassablement sur le même type... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Nelkin & Lindee, La mystique de l’ADN

  «La connotation religieuse qui imprègne les représentations de l’ADN (...) alimente les narrations typiques de l’essentialisme génétique pour lesquels cette structure moléculaire possède des facultés mystiques. En fait, l’ADN a acquis un statut culturel semblable à celui de l’âme dans la Bible.» De sorte que «l’ADN semble être la notion pertinente pour examiner les problèmes de la morale, de la personnalité et du statut social des individus.» En effet, «le génome se présente comme une structure “solide” et inaltérable à... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Ruwen Ogien, L'influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine

  «Échangeriez-vous votre vie réelle, marquée par des frustrations et des déceptions, des succès partiels et des rêves inaccomplis, contre une vie d'expériences désirables mais complètement artificielles, provoquées par des moyens chimiques ou mécaniques ?» En fait, «nous avons une certaine tendance à l'inertie. Nous ne voulons pas changer trop brutalement d'état, et c'est ce qui justifie la prédiction que nous refuserons la machine à expérience. Toutefois, selon le même modèle, si nous étions branchés sur la machine à... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Karl Popper, Toute vie est résolution de problèmes

  «L'improbabilité de la coïncidence de la vie avec un environnement possible pour elle, c'est-à-dire adapté, est sans doute aussi grande que celle de l'apparition de la vie elle-même.» Car, «l'adaptation de la vie à son environnement représente en effet une espèce de connaissance.(...) Nous pouvons, si nous le voulons, décrire carrément la vie comme une résolution de problème, et les organismes vivants comme les seuls êtres complexes de l’univers qui résolvent des problèmes.» En effet, «il y a énormément de savoir inné chez... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Louis Quéré, L'erreur dans la cognition sociale

  in La sociologie cognitive (collectif)   On constate en société «un devoir faire qui n'est pas spécifié par des règles. Par quoi l'est-il alors ? Tout simplement par la "situation d'engagement" dans laquelle se trouve l'agent lorsqu'il agit.» Car, les agents sociaux «attendent normativement les uns des autres (…) qu'ils se sentent tenus par ce genre particulier de faits que sont les "faits naturels de la vie en société", à la définition desquels tout un chacun est supposé adhérer.» Surtout justement, «en adoptant le... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Reboul & Moeschler, La pragmatique aujourd’hui

  «L’attribution d’états mentaux à autrui est indissociable de l’usage du langage.» De la sorte, une “stratégie de l’interprète“ «permet de passer du simple décodage, qui ne livre qu’une interprétation partielle des phrases, à leur interprétation complète.» Laquelle «revient à l’attribution, à son locuteur, d’une intention globale.» Dès lors, «plus cette intention globale est facile à construire (moins son coût de construction est important), plus elle est riche et complexe, plus on aura tendance à juger que le discours en... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Hubert Reeves, La Première Seconde

  Scientifiquement parlant, «les concepts sont admis à l’échelle de leur rentabilité.(…) L’hypothèse de l’existence de l’électron rend compréhensibles de larges pans de la réalité.(…) Pour cette raison, le physicien admet l’existence des électrons.» Mais, lorsqu’il s’agit de conjectures métaphysiques hasardeuses, «l’être humain (…) est-il mené en bateau par son insatiable désir de “sens”, par son allergie incontrôlable pour l’ “absurde”. Est-il victime de son optimisme viscéral ?» Décidé à aborder ce terrain glissant, il... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Hubert Reeves, Oiseaux,merveilleux oiseaux

  Sans les lois de la physique, «l’Univers n’aurait jamais quitté l’état indifférencié de son magma initial.» En revanche, «si leur empire étendait son contrôle déterministe sur tout ce qui se passe, aucune diversité n’existerait dans le monde.» Ainsi, «à chaque cause correspond un effet et un seul, affirmait la physique classique. Non pas un, mais une brochette d’effets possibles, répond la physique quantique. Seules les probabilités de chacun des événements nous sont connaissables.» Toutefois, «les théories du chaos (…) nous... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Bernard Rimé, Le partage social des émotions

  «Les gens ne peuvent se satisfaire de sentiments misérables pour eux-mêmes. Dans cette perspective, leur action leur paraîtrait dérisoire et ils en éprouveraient nécessairement une anxiété massive. Il faut donc élaborer une théorie implicite de sa propre valeur.» Dans le même ordre d’idée, «les gens raisonnent et se comportent comme si le monde était naturellement régi par un principe de justice.(…) Chaque jour, des accidents se produisent et des maladies se déclarent un peu partout. Si on accepte qu'ils sont le fait du... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]