30 janvier 2018

Éric Sadin, L'humanité augmentée

  Le monde moderne est toujours plus sous une «emprise symbolique du "génie électronique", qui s'impose et s'étend par la force de ses innombrables "miracles quotidiens", se révélant dorénavant comme une sorte d'entité religieuse diffuse et impersonnelle,» suscitant «une foi ambiante en un "réenchantement possible du monde".» De sorte qu’un «mouvement de "délégation" non délibéré (...) s'est peu à peu constitué, à l'attention de "systèmes intuitifs" ou d'une sorte d'humanité parallèle chargée d’œuvrer à la "bonne conduite" du... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Denis Salas, La volonté de punir

  «Dans des sociétés où le collectif est fort, l'individu blessé n'est touché que par l'enveloppe de son groupe qui circonscrit son identité.» Tandis que «dans des sociétés démocratiques, l'individu émancipé est moins protégé par des institutions qui règlent son destin.» Dans ces conditions, «le statut de victime lui offre un "capital imaginaire"», en vertu duquel «ce qui compte est non la généralité de l'infraction mais la singularité de la victime, non une accusation encadrée par une procédure mais un affect exacerbé par la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

J.-P. Sartre, L’existentialisme est un humanisme

  «L’homme sera d’abord ce qu’il aura projeté d’être. Non pas ce qu’il voudra être. Car ce que nous entendons ordinairement par vouloir, c’est une décision consciente, et qui est pour la plupart d’entre nous postérieure à ce qu’il s’est fait lui-même.» C’est-à-dire à «un choix plus originel, plus spontané que ce qu’on appelle volonté.» Et à partir duquel, «je crée une certaine image de l’homme que je choisis», de sorte que «en me choisissant, je choisis l’homme.» Il s’ensuit que «tout homme qui se réfugie derrière l’excuse de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Christoph Schönborn, Hasard ou plan de Dieu ?

  «C'est bien parce qu'il est doté d'un esprit qu'un homme peut développer des théories qui ramènent cet esprit à la matière !» Certes, «il est légitime, et on peut le justifier méthodiquement, d'exclure la question du but, de la recherche de finalité, parce que l'on voit la nature d'une certaine manière. Mais il n'est pas légitime, je dirais même qu'il n'est pas rationnel, d'en déduire qu'il n'y a pas de finalité.» Et de se demander «que serait cette Évolution, si la Résurrection et la Vie éternelle n'étaient pas sa fin... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Isabelle Schulte-Tenkhoff, Potlatch: conquête et invention

  «La pérennité du potlatch en tant que modalité de l'échange cérémoniel met au défi l'anthropologie, dans la mesure où elle fait état de l'existence d'un autre ordre que celui préconisé par (...) la logique dominante des idées, qui assure précisément la cohérence et la continuité du système industriel.» Dans ce sens, «ce type de rapports aux choses et à autrui légitime, en fait, l'existence des communautés indiennes là où elles se trouvent, de surcroît en apparent anachronisme.(…) Ainsi les Indiens produisent et économisent,... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Harold Searles, L'effort pour rendre l'autre fou

  «Il faut que le thérapeute s'habitue à ce que le patient joue de la lyre pendant que Rome brûle.» Pour se rendre compte petit à petit «que les communications affolantes du patient, maintenant que la découverte de leur signification sadique ("rendre fou") lui a permis de les voir sous un autre jour, comportent au fond un élément de jeu qui est sain,(…) c'est le chaos du jeu que peuvent partager une mère et son enfant (ou deux petits enfants).» Alors, «en s'identifiant à ce thérapeute stable et constant qui peut ignorer les... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Michel Simon, L’esprit,entre nature et culture

  in Penser et croire au temps des sciences cognitives (collectif)   «Les causalistes veulent expliquer l’action par l’intention de l’acteur mais ils comprennent l’intention comme une cause mentale qui produit la conduite de l’acteur. (…) Sinon on se trouverait dans la situation absurde pour un causaliste que ce qui n’est pas encore (le but) produit des effets.» Or, «les explications fonctionnelles que l’on trouve à l’œuvre en biologie ou en cybernétique sont des explications téléologiques.(…) Dans un système... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Peter Sloterdijk, La vexation par les machines

    in L'heure du crime et le temps de l’œuvre d'art   «Les cultures élevées et les sociétés modernes apparaissent comme de gigantesques convertisseurs des narcissismes.(…) Tous ces collectifs exigent de leurs membres un prix pour leur appartenance, mais, tant qu’ils obtiennent leur succès de groupe, ils se dédommagent par des accès privilégiés aux convictions et aux moyens de pouvoir permettant de vivre, avec une évidence suffisante, l’avantage d’être soi-même.» Dans ces conditions, «comment dire à l’âme qui... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Peter Sloterdijk, Tu dois changer ta vie

  «L'impératif absolu "Tu dois changer ta vie" se concrétise en un impératif ascétique ou perfectionniste: "Comporte-toi à tout moment de telle sorte que le récit de ton devenir puisse servir de schéma pour une histoire de perfectionnement généralisable !"» Car, «les petites forces humaines peuvent l'impossible pour peu qu'elles soient démultipliées par le chemin plus long de l'exercice.» Mais, «seules les natures joyeuses considèrent l'élévation (...) aux altitudes d'une "société" mondiale intégrée de manière opérationnelle... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

René A. Spitz, Le non et le oui

  «L'acquisition du "Non" sémantique» va de pair avec « le début de la conscience du Soi.» De plus en plus, l'enfant «manifeste une scission entre le Moi et le Soi.(...) Le Moi applique ici au Soi le même moyen qu'il avait appris à appliquer envers sa mère (...) à l'aide d'une "identification avec l'agresseur"». Ceci a conduit à «une objectivation croissante de la mère. Maintenant, l'emploi du "Non" dans ses jeux conduira à une objectivation croissante du Soi.» Ce faisant, «la soumission passive au déplaisir est remplacée... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]