30 janvier 2018

Pierre Mannoni, La malchance sociale

  «Le Corps social “absorbe” des quantités d’hommes et de femmes qui sont appelés à jouer un rôle opératoire (énergétique), tandis qu’un certain nombre d’autres, n’ayant que peu ou pas du tout de potentiel énergétique, apparaissent comme résiduels et sont, comme tous les résidus, voués à l’élimination.» On observe alors un «déploiement de stratégies automatiques de régulation que le Système mettrait en place, d’une manière quasi universelle, pour assurer son homéostasie.» Aboutissant à «trois conséquences favorables pour la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Margulis&Sagan, L'univers bactériel

      «Les hommes font partie d'un réseau dense qui remonte à la prise de possession de la Terre par les bactéries.» De fait, «les plantes, les champignons et les animaux ont émergé du microcosme. Sous les différences superficielles qui les séparent, tous sont, hommes compris, des communautés ambulantes de bactéries.» D'ailleurs, «il n'est pas absurde de postuler que la conscience même qui permet aux hommes d'explorer les accomplissements de leurs cellules naquit peut-être de la concertation de millions de microbes... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Thierry Melchior, La connaissance hypnotique

  in De la science à la philosophie (collectif) Nous baignons dans une «hypnose fermée, quotidienne, accrochée à nos rôles, nos statuts et nos croyances.» Ainsi la phrase d'un journaliste “La séance est levée” semble avoir «une fonction purement descriptive, purement constatative.» Or, «si l’on se trouvait à une période où le pouvoir est contesté (…) les propos de ce journaliste n’apparaîtraient plus comme une simple description mais seraient entendus comme prenant part à la proférence abusive et illégitime du prétendu... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Stanley Milgram, Soumission à l'autorité

  «Chacun de nous a tendance à accorder plus d'importance à l'autorité qu'à l'individu. Nous voyons en elle une force impersonnelle dont les diktats l'emportent sur le souhait ou le désir d'un simple mortel.» Il est «par trop simpliste de se représenter le défenseur d'une noble cause comme un individu en lutte perpétuelle avec l'autorité malveillante. La vérité est que l'essentiel de sa noblesse, les valeurs qu'il oppose à l'autorité malveillante ont elles-mêmes leur origine dans l'autorité.» En réalité, «la recherche d'une... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Marvin Minsky, La société de l’esprit

  «L’une des fonctions du Moi est de nous empêcher de changer trop rapidement.(…) Nous ne réaliserions jamais grand-chose, parce que nous ne pourrions pas nous fier à nous-mêmes.» Surtout, «nous passons toute notre vie à chercher des systèmes de commande de nous-mêmes (...), tout comme les sorciers des temps anciens recouraient à des rites pour jeter leurs sorts.» Dans la pratique «si quelqu’un vous demandait comment vous avez trouvé la solution, vous seriez dans la plupart des cas incapable de dire mieux que: “Je me suis... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Montangero & Maurice-Naville, Piaget ou l’intelligence en marche

  «L’idée centrale de Piaget est que le développement est une “évolution dirigée par des nécessités internes d'équilibre”.» Un double mécanisme opère, où «le pôle accommodateur exprime la contrainte du réel et permet au sujet de se plier aux exigences du milieu.» Entre autre, «l’accommodation au point de vue des autres permet à la pensée individuelle de se situer dans un ensemble de perspectives, assurant ainsi son objectivité et réduisant son égocentrisme.» D’ailleurs, «l’accommodation tient une place évidente dans... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

L. Monteils-Lang, Perspectives antiques sur la philosophie du consentement

  in Consentir: domination, consentement et déni (collectif)   La psychologie d'Aristote «définit les critères de l'acte consenti, compris non pas comme l'acte dont le principe serait la volonté, mais comme ce qui peut être attribué à un agent.(...) Le consentement, absent du principe de l'action, refait surface dans sa considération rétrospective.» Au contraire pour les stoïciens, «en consentant, je dis oui au Tout, je m'inscris dans ce Tout. Je me recentre sur moi-même, et en même temps, je me fonds dans l'immensité... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Richard Moran, Autorité et aliénation

  «Dans le cas ordinaire de l'action intentionnelle, je ne "bouge pas mon corps" comme je pourrais bouger une pièce d'équipement, et je ne me rapporte pas non plus à mes attitudes comme à un mobilier mental à organiser.(...) Il est essentiel que la responsabilité spécifiquement en première personne envers son propre désir ne soit pas instrumentale.» Car en général, nous escomptons d’une personne, «parfois avec ardeur, qu'elle pense occuper une position où elle exprime ses sentiments et ses convictions, et ne se contente pas de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe

  «Concevoir tout objet et entité comme clos entraîne une vision du monde classificationnelle, analytique, réductionniste.(...) Mais nous avons la possibilité d’avoir des méta-points de vue. Le méta-point de vue n’est possible que si l’observateur-concepteur s’intègre dans l’observation et dans la conception.» Ainsi, un «principe dialogique nous permet de maintenir la dualité au sein de l’unité.» Par exemple, «chaque cellule de notre organisme contient la totalité de l’information génétique de cet organisme. L’idée donc de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Mormin & Viguier, Adler et l’adlérisme

  La notion adlérienne de “compensation“ désigne «un des moteurs essentiels de l’action et correspond à cette dynamique du vivant d’aller toujours vers un Plus, un Mieux pour échapper à l’insécurité.» Mais, «chez le sujet “nerveux”, inadapté, névrosé, psychotique ou autre, il apparaît que tous ses efforts sont dirigés vers un but qui n’est pas celui du commun des mortels. Toute son énergie s’épuise pour un monde d’illusions fictif, différent du nôtre.(…) Le vécu trop intense de son infériorité dans la réalité aboutit à la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]