30 janvier 2018

Marvin Minsky, La société de l’esprit

  «L’une des fonctions du Moi est de nous empêcher de changer trop rapidement.(…) Nous ne réaliserions jamais grand-chose, parce que nous ne pourrions pas nous fier à nous-mêmes.» Surtout, «nous passons toute notre vie à chercher des systèmes de commande de nous-mêmes (...), tout comme les sorciers des temps anciens recouraient à des rites pour jeter leurs sorts.» Dans la pratique «si quelqu’un vous demandait comment vous avez trouvé la solution, vous seriez dans la plupart des cas incapable de dire mieux que: “Je me suis... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Montangero & Maurice-Naville, Piaget ou l’intelligence en marche

  «L’idée centrale de Piaget est que le développement est une “évolution dirigée par des nécessités internes d'équilibre”.» Un double mécanisme opère, où «le pôle accommodateur exprime la contrainte du réel et permet au sujet de se plier aux exigences du milieu.» Entre autre, «l’accommodation au point de vue des autres permet à la pensée individuelle de se situer dans un ensemble de perspectives, assurant ainsi son objectivité et réduisant son égocentrisme.» D’ailleurs, «l’accommodation tient une place évidente dans... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

L. Monteils-Lang, Perspectives antiques sur la philosophie du consentement

  in Consentir: domination, consentement et déni (collectif)   La psychologie d'Aristote «définit les critères de l'acte consenti, compris non pas comme l'acte dont le principe serait la volonté, mais comme ce qui peut être attribué à un agent.(...) Le consentement, absent du principe de l'action, refait surface dans sa considération rétrospective.» Au contraire pour les stoïciens, «en consentant, je dis oui au Tout, je m'inscris dans ce Tout. Je me recentre sur moi-même, et en même temps, je me fonds dans l'immensité... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Richard Moran, Autorité et aliénation

  «Dans le cas ordinaire de l'action intentionnelle, je ne "bouge pas mon corps" comme je pourrais bouger une pièce d'équipement, et je ne me rapporte pas non plus à mes attitudes comme à un mobilier mental à organiser.(...) Il est essentiel que la responsabilité spécifiquement en première personne envers son propre désir ne soit pas instrumentale.» Car en général, nous escomptons d’une personne, «parfois avec ardeur, qu'elle pense occuper une position où elle exprime ses sentiments et ses convictions, et ne se contente pas de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Edgar Morin, Introduction à la pensée complexe

  «Concevoir tout objet et entité comme clos entraîne une vision du monde classificationnelle, analytique, réductionniste.(...) Mais nous avons la possibilité d’avoir des méta-points de vue. Le méta-point de vue n’est possible que si l’observateur-concepteur s’intègre dans l’observation et dans la conception.» Ainsi, un «principe dialogique nous permet de maintenir la dualité au sein de l’unité.» Par exemple, «chaque cellule de notre organisme contient la totalité de l’information génétique de cet organisme. L’idée donc de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Mormin & Viguier, Adler et l’adlérisme

  La notion adlérienne de “compensation“ désigne «un des moteurs essentiels de l’action et correspond à cette dynamique du vivant d’aller toujours vers un Plus, un Mieux pour échapper à l’insécurité.» Mais, « chez le sujet “nerveux”, inadapté, névrosé, psychotique ou autre, il apparaît que tous ses efforts sont dirigés vers un but qui n’est pas celui du commun des mortels. Toute son énergie s’épuise pour un monde d’illusions fictif, différent du nôtre.(…) Le vécu trop intense de son infériorité dans la réalité aboutit à... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Emmanuel Mounier, Le personnalisme

  «L'homme peut vivre à la manière d'une chose. Mais comme il n'est pas une chose, une telle vie lui apparaît sous l'aspect d'une démission.» De son côté, «l'homme du divertissement vit comme expulsé de soi, confondu avec le tumulte extérieur: ainsi l'homme prisonnier de ses appétits, de ses fonctions, de ses habitudes, de ses relations, du monde qui le distrait.» En fait, «la vie personnelle commence avec la capacité de rompre le contact avec le milieu, de se reprendre, de se ressaisir, en vue de se ramasser sur un centre, de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

J.D. Nasio, L’inconscient,c'est la répétition

  «Être contraint à extérioriser le passé refoulé, et ce à maintes reprises, est une poussée plus irrésistible que la tendance au plaisir.» Car, «à chaque répétition, instruit par l'expérience, j'accrois mes connaissances, j'apprends à relativiser; et enfin je consolide mon identité parce qu'à force de répéter je confirme que je suis le même hier et aujourd'hui.» Cependant, ce «qui nous conduit à répéter la même manière d'aimer et de souffrir avec l'amour, la cause qui nous entraîne à revenir inlassablement sur le même type... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Nelkin & Lindee, La mystique de l’ADN

  «La connotation religieuse qui imprègne les représentations de l’ADN (...) alimente les narrations typiques de l’essentialisme génétique pour lesquels cette structure moléculaire possède des facultés mystiques. En fait, l’ADN a acquis un statut culturel semblable à celui de l’âme dans la Bible.» De sorte que «l’ADN semble être la notion pertinente pour examiner les problèmes de la morale, de la personnalité et du statut social des individus.» En effet, «le génome se présente comme une structure “solide” et inaltérable à... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Karl Popper, Toute vie est résolution de problèmes

  «L'improbabilité de la coïncidence de la vie avec un environnement possible pour elle, c'est-à-dire adapté, est sans doute aussi grande que celle de l'apparition de la vie elle-même.» Car, «l'adaptation de la vie à son environnement représente en effet une espèce de connaissance.(...) Nous pouvons, si nous le voulons, décrire carrément la vie comme une résolution de problème, et les organismes vivants comme les seuls êtres complexes de l’univers qui résolvent des problèmes. » En effet, « il y a énormément de savoir... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 03:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]