30 janvier 2018

Gerald M. Edelman, Plus vaste que le ciel

  Gerald M. Edelman expose ainsi sa théorie sur l’esprit: «Appelons C la transformation phénoménale et ses processus. Appelons C’ les processus sous-jacents du noyau conscient.(...) C’ déclenche des états C correspondants. Il n’y a pas d’autre façon pour un animal individuel de faire directement l’expérience des effets de C’.» Or, «C lui-même ne peut-être causal», mais «le déclenchement de C par C’ fournit aussi un puissant moyen de communication des états C’ aux autres individus.» Car, «jamais deux soi socialement définis... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Guillaume Erner, La société des victimes

  Pour Guillaume Erner, il paraît clair qu’à notre époque «l’idéal collectif est celui de l’être autonome, vivant conformément à son libre arbitraire. Toute entorse à cette conception de la liberté est susceptible de le transformer en victime.» Mais il pointe à ce sujet l’ambivalence des sentiments en constatant que «depuis des siècles, la victime sur laquelle on s’apitoie un jour est bien souvent celle qu’on persécute le lendemain», témoignant de «la facilité avec laquelle la compassion peut fabriquer du stigmate.» Selon lui,... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Michael Esfeld, La philosophie de l’esprit

  Pour Michael Esfeld, «la causalité mentale est au centre de la conception que nous avons de nous-mêmes. S’il n’était pas le cas que nos croyances causent — une bonne partie — des sons et des caractères que nous produisons et que, en général, nos intentions causent — une bonne partie — de notre comportement, nous ne serions pas des êtres libres.» Car, celui «qui ne se laisse pas entraîner par ses désirs, mais qui en prend soin, veillant à ce que sa volonté soit formée par des désirs qu’elle désire d’avoir, satisfait la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Sven Follin, Vivre en délirant

  Sven Follin décrit la dépersonnalisation comme «un état où l’individu ne se reconnaît pas lui-même comme une personnalité. Ses actions lui semblent automatiques. Il observe ses propres réactions comme un spectateur.» Cela concerne surtout des «sujets ayant organisé un personnage de surface en quelque sorte idéalisé. Ceci est le plus évident lorsqu’il s’agit de personnalités hystériques, comédiens de leur propre personnage, ou de personnalités schizoïdes, ces rêveurs éveillés à la recherche d’un personnage et d’un rôle... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Harry Frankfurt, La liberté de la volonté et la notion de personne

  in Théorie de l'action (recueil)   Harry G. Frankfurt pose que «la liberté de l'action est (en gros du moins) la liberté d'agir selon ses désirs. De façon analogue, l'énoncé qu'une personne jouit de la liberté de la volonté signifie (en gros également) qu'elle est libre de désirer ce qu'elle désire désirer.» De fait, «c'est en prenant conscience de l'écart entre sa volonté et ses volitions de second niveau, ou en se rendant compte que leur concordance n'est pas son œuvre mais l'effet d'un pur hasard», que l'individu... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation

  Aux yeux de Sigmund Freud, «l’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de “dieu prothétique”, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal.» Il s’ensuit qu’il «devient névrosé parce qu'il ne peut supporter le degré de renoncement exigé par la société au nom de son idéal culturel.» Pour sa part, «la civilisation néglige tout cela, elle se borne à décréter que plus l’obéissance est difficile, plus elle a de mérite.» De fait,... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Nicolas Georgieff, La schizophrénie

  Nicolas Georgieff rappelle que «la prise de conscience de l’activité mentale est le plus souvent facultative (elle n’est pas nécessaire à l’exécution des opérations mentales).» C’est en fait «l’écart entre effets attendus et réalité» qui «déterminerait donc la prise de conscience, le traitement de données plus étendues sur la situation, permettant l’ajustement de l’action.» Au reste, «cette attribution subjective d’intention, que nous opérons en permanence pour donner sens à nos actions, ne témoigne donc pas toujours des... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

René Girard, Automatismes et liberté

  in Mécanismes mentaux,mécanismes sociaux (collectif)   René Girard, avec sa “théorie mimétique“, «insiste sur le suivisme universel, sur l’impuissance des hommes à ne pas imiter les exemples les plus faciles, les plus suivis, parce que c’est cela qui prédomine dans toute société.» De fait, «en s’engouffrant dans la direction déjà choisie, les mimétiques, les mimic men se félicitent de leur esprit de décision et de liberté. Il ne faut pas se leurrer. Dans une société qui ne lapide plus les femmes adultères, les hommes... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Erving Goffman, Les rites d’interaction

  Il apparaît à Erving Goffman que «la façon dont une personne accomplit sa part de figuration et aide les autres à accomplir la leur représente le niveau de son acceptation des règles fondamentales de l’interaction sociale.» Et en effet, «tout autant que d’amour-propre, le membre d’un groupe quelconque est censé faire preuve de considération.» Car, «celui qui risque une affirmation ou un message, si banal soit-il, engage et, en un sens, met en danger toutes les personnes présentes, y compris lui-même.(…) Il n’est donc pas... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Marie-O. Goulet-Cazé, Les Cyniques grecs

  Marie-O. Goulet-Cazé rappelle la conception de la vertu comme “vraie richesse“, qui «n’a rien de commun avec ces biens extérieurs qui font courir les hommes au-delà de toute raison.» Car, «fondée sur l’effort qui est un bien, elle se révèle une arme imprenable.» Il s’agit donc de «faire table rase de toutes ces coutumes et de toutes ces conventions que la société, pour se maintenir, s’ingénie à inculquer à chacun de ses membres.» En fait, le Cynique «ne considère pas qu’il y a un mystère du monde à percer ni qu’une divinité... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]