30 janvier 2018

Oswald Ducrot, Dire et ne pas dire

  «Toute affirmation explicitée devient, par cela même, un thème de discussions possibles.(…) Il est donc nécessaire à toute croyance fondamentale, qu’il s’agisse d’une idéologie sociale ou d’un parti-pris personnel, de trouver, si elle s’exprime, un moyen d’expression qui ne l’étale pas.(…) Il devient nécessaire d’avoir à sa disposition des modes d’expression implicite, qui permettent de laisser entendre sans encourir la responsabilité d’avoir dit.» De ce point de vue, «la présupposition serait une affirmation “faite en... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Louis Dumont, Essais sur l'individualisme

Traditionnellement, «l'homme qui cherche la vérité ultime abandonne la vie sociale et ses contraintes pour se consacrer à son progrès et à sa destinée propres.(...) Le renonçant se suffit à lui-même, il ne se préoccupe que de lui-même. Sa pensée est semblable à celle de l'individu moderne, avec pourtant une différence essentielle : nous vivons dans le monde social, il vit hors de lui.» Par la suite, avec les stoïciens «l'individu se suffisant à lui-même demeure le principe, même lorsqu'il agit dans le monde.» Or,  «les... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Gerald M. Edelman, Plus vaste que le ciel

  «Appelons C la transformation phénoménale et ses processus. Appelons C’ les processus sous-jacents du noyau conscient.(...) C’ déclenche des états C correspondants. Il n’y a pas d’autre façon pour un animal individuel de faire directement l’expérience des effets de C’.» Or, «C lui-même ne peut-être causal», mais «le déclenchement de C par C’ fournit aussi un puissant moyen de communication des états C’ aux autres individus.» Car, «jamais deux soi socialement définis (...) n’auront des états cérébraux identiques — les états... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Guillaume Erner, La société des victimes

  À notre époque. «l’idéal collectif est celui de l’être autonome, vivant conformément à son libre arbitraire. Toute entorse à cette conception de la liberté est susceptible de le transformer en victime.» Mais l’ambivalence des sentiments fait que «depuis des siècles, la victime sur laquelle on s’apitoie un jour est bien souvent celle qu’on persécute le lendemain», témoignant de «la facilité avec laquelle la compassion peut fabriquer du stigmate.» Apparemment, l’ambivalence à l’égard de la victime «découle directement de la... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Michael Esfeld, La philosophie de l’esprit

  «La causalité mentale est au centre de la conception que nous avons de nous-mêmes. S’il n’était pas le cas que nos croyances causent (une bonne partie) des sons et des caractères que nous produisons et que, en général, nos intentions causent (une bonne partie) de notre comportement, nous ne serions pas des êtres libres.» Car, celui «qui ne se laisse pas entraîner par ses désirs, mais qui en prend soin, veillant à ce que sa volonté soit formée par des désirs qu’elle désire d’avoir, satisfait la condition nécessaire et... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Sven Follin, Vivre en délirant

  La dépersonnalisation est «un état où l’individu ne se reconnaît pas lui-même comme une personnalité. Ses actions lui semblent automatiques. Il observe ses propres réactions comme un spectateur.» Cela concerne surtout des «sujets ayant organisé un personnage de surface en quelque sorte idéalisé. Ceci est le plus évident lorsqu’il s’agit de personnalités hystériques, comédiens de leur propre personnage, ou de personnalités schizoïdes, ces rêveurs éveillés à la recherche d’un personnage et d’un rôle imaginaire. Tout se passe... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Michel Foucault, Discours et vérité

«D'un côté, dans la question "comment s'assurer qu'un énoncé est vrai ?", je crois que vous trouvez le fondement, la racine d'une tradition importante dans la philosophie occidentale, que j'appellerais la tradition de l'analytique de la vérité ; de l'autre côté, la question "quelle importance y a-t-il à dire la vérité, qui est capable de dire la vérité et pourquoi devons-nous dire la vérité, la connaître et identifier qui est capable de la dire ?" se trouve, je crois, à la racine, au fondement de ce que nous pourrions... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Harry Frankfurt, La liberté de la volonté et la notion de personne

  in Théorie de l'action (recueil)   «La liberté de l'action est (en gros du moins) la liberté d'agir selon ses désirs. De façon analogue, l'énoncé qu'une personne jouit de la liberté de la volonté signifie (en gros également) qu'elle est libre de désirer ce qu'elle désire désirer.» De fait, «c'est en prenant conscience de l'écart entre sa volonté et ses volitions de second niveau, ou en se rendant compte que leur concordance n'est pas son œuvre mais l'effet d'un pur hasard», que l'individu «ressent son manque de... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Sigmund Freud, Malaise dans la civilisation

  «L’homme est devenu pour ainsi dire une sorte de “dieu prothétique”, dieu certes admirable s’il revêt tous ses organes auxiliaires, mais ceux-ci n’ont pas poussé avec lui et lui donnent souvent bien du mal.» C'est ainsi qu’il «devient névrosé parce qu'il ne peut supporter le degré de renoncement exigé par la société au nom de son idéal culturel.» Pour sa part, «la civilisation néglige tout cela, elle se borne à décréter que plus l’obéissance est difficile, plus elle a de mérite.» De fait, «l’éthique dite naturelle n’a rien... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Nicolas Georgieff, La schizophrénie

  «La prise de conscience de l’activité mentale est le plus souvent facultative (elle n’est pas nécessaire à l’exécution des opérations mentales).» C’est surtout «l’écart entre effets attendus et réalité» qui «déterminerait donc la prise de conscience, le traitement de données plus étendues sur la situation, permettant l’ajustement de l’action.» Au reste, «cette attribution subjective d’intention, que nous opérons en permanence pour donner sens à nos actions, ne témoigne donc pas toujours des motifs initiaux de nos actes, mais... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 02:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]