30 janvier 2018

Jean Vernette, Le XXIème siècle sera mystique

  L' Homo mysticus du XXIème siècle «commence à se faire une place au moment où nous nous trouvons dans un vide inquiétant de modèles disponibles, après avoir connu ceux du chevalier au Moyen Age, de l’honnête homme et du gentleman aux siècles postérieurs. En Orient, c’étaient le sage ou le samouraï.» De nos jours, le courant du «développement personnel entretient ainsi l’espoir, probablement chimérique, que l’on pourrait se conduire à la fois comme un battant et un sage, un homme d’affaires et un yogi, un capitaine... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2018

Bernard Williams, L'éthique et les limites de la philosophie

  Tandis que Platon représente «l'homme mauvais comme victime d'une compulsion, un déchet peu enviable», pour Aristote, «cet homme a une mauvaise conception de ses intérêts.» De son côté, Bernard Williams constate que «nombre de personnes sont détestables parce qu'elles sont malheureuses», alors que «certains qui ne sont pas détestables mais s'efforcent d'être généreux et de satisfaire l'intérêt d'autrui sont malheureux», sans doute «victimes d'une suspension de l'affirmation de soi.» Est remarquable surtout le cas du... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Yves Winkin, La nouvelle communication

  On tend d’ordinaire «à considérer que les individus vivent leurs interactions en fonction de leur nature, de leur tempérament, leur humeur du moment, etc. — bref en fonction de facteurs essentiellement personnels.» Alors que le systémicien, «considère que ces interactions ont leurs propres règles, extérieures aux individus, qui ne peuvent que les suivre s’ils veulent que l’on continue à les considérer comme des gens normaux.» Ainsi dans le comportement de jeu, les parties montrent «qu’elles savent émettre et recevoir des... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Donald W. Winnicott, Jeu et réalité

  «Nul être humain ne parvient à se libérer de la tension suscitée par la mise en relation de la réalité du dedans et de la réalité du dehors»; mais «cette tension peut être soulagée par l’existence d’une aire intermédiaire d’expérience, qui n’est pas contestée (arts, religion, etc.). Cette aire intermédiaire est en continuité directe avec l’aire de jeu du petit enfant “perdu” dans un jeu.» Il s’agirait «avant tout d’un mode créatif de perception qui donne à l’individu le sentiment que la vie vaut la peine d’être vécue; ce qui... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Ludwig Wittgenstein, De la certitude

  Pour marquer la distinction entre erreur et folie, nous avons l’exemple d’un «homme qui présumerait que tous nos calculs sont incertains et que nous ne pouvons nous fier à aucun d’entre eux (il le justifierait en disant qu’il y a partout possibilité d’erreur), nous le donnerions peut-être pour fou. Mais pouvons-nous dire qu’il soit dans l’erreur ? N’est-ce pas simplement qu’il réagit autrement: nous nous fions à eux, lui non; nous sommes sûrs, lui non.» Il y a aussi l’exemple de l’élève qui «ne s’ouvre à aucune explication... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Robert Wright, L'animal moral

  «Les êtres humains sont conçus pour évaluer leur environnement social et, une fois qu'ils ont découvert ce qui impressionne l'entourage, ils le font.» Car, «partout, les gens veulent éprouver de la fierté et non de la honte, inspirer le respect et non le mépris.» À telle enseigne que «ceux qui oublient de quêter l'approbation de leurs pairs sont qualifiés de sociopathes. Quant aux épithètes réservées aux autres qui, à l'inverse, recherchent l'estime avec ardeur – ceux qui font leur "autopromotion", les "arrivistes" –, elles... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Daniel Zagury, Modèles de normalité et psychothérapie

    Faut-il admettre que l’homme normal obéit instinctivement à la loi ? «Cette méfiance et cet embarras mêlés lorsque nous évoquons la normalité font dire à l’opinion commune que “pour le psychiatre, tout le monde est fou”.» Il s’agit en fait de repérer la “fausse normalité“ de «ces sujets au “faux self” hypertrophié (…) qui s’accrochent à la norme socio-idéale, en se demandant sans arrêt “comment font les autres” ? en cherchant à tout prix l’adaptation, voire la sur-adaptation, incapables de réaliser leur propre... [Lire la suite]
Posté par Agoniste à 04:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]