La stratégie de l'interprète

 

«La plupart des utilisateurs d'ordinateurs n'ont pas la moindre idée des principes physiques qui sont responsables du comportement éminemment fiable, et par conséquent prédictible, de l'ordinateur. Mais s'ils ont une idée claire de ce que l'ordinateur est destiné à faire (…) ils peuvent prédire son comportement avec précision et sûreté.» En adoptant le point de vue intentionnel, «on décide de traiter l'objet dont le comportement doit être prédit comme un agent rationnel ; puis on essaie de s'imaginer quelles croyances l'agent devrait avoir, étant donné sa place dans le monde et son but.» Enfin, «on prédit que cet agent rationnel agira de manière à réaliser d'autres buts à la lumière de ses croyances.» Or, un ordinateur «n'a pas d'intentionnalité originelle et intrinsèque, et il n'y a donc pas de fait "plus profond" que nous pourrions essayer de découvrir.(...) Je prétends appliquer précisément la même morale, les mêmes règles pragmatiques d'interprétation, aux humains.» Car, la signification des états mentaux «bien qu'elle soit, dans le cas d'un organisme, indépendante de nos intentions et objectifs, n'est pas indépendante des intentions et objectifs de Dame Nature, et par conséquent est, en définitive, tout aussi dérivée.»