81uKlJVUejL

 

«Quelqu'un qui se montre capable de suivre une règle ne le fait jamais pour la première fois.(...) C'est toujours après l'avoir suivie sans être encore capable de se formuler à lui-même ce qu'il faisait.» Autrement dit, «il faut accepter d'être d'abord incompétent et, pour cette raison, en situation d'hétéronomie, si l'on veut pouvoir sortir un jour de cet état.» Supposons «un novice dans tous les domaines : dans ce cas, le mot "faux" [prononcé par l'instructeur] ne signifie pas qu'il a fait une réponse incorrecte (car il ne comprend pas ces mots), mais ce mot l'arrête comme si l'instructeur l'avait tiré en arrière et empêché de continuer.» Par la suite, «l'instructeur se borne à dire qu'il y a un obstacle, et il le dit en l'absence de tout obstacle physique.» On reconnaît là «le cercle moral de l'autonomie, laquelle s'entend ici au sens des aptitudes acquises par l'exercice, et non le cercle vicieux de l'auto-position d'un sujet qui devrait devenir par son acte l'agent de son acte. Je parle d'un cercle moral pour souligner que l'exercice vise à développer chez l'agent des capacités d'agir, des dispositions à agir, des aptitudes, des habitudes, donc des mœurs.»