Le bouc émissaire

 

«L'esprit scientifique ne peut pas être premier. Il suppose un renoncement à la vieille préférence pour la causalité magico-persécutrice.(...) Aux causes naturelles, lointaines et inaccessibles, l'humanité a toujours préféré les causes significatives sous le rapport social, et qui admettent une intervention corrective, autrement dit les victimes. (...) En révélant ce mécanisme et tout le mimétisme qui l'entoure, les Évangiles montent la seule machine textuelle qui puisse mettre fin à l'emprisonnement de l'humanité dans les systèmes de représentation mythologique fondés sur la fausse transcendance d'une victime sacralisée parce qu'unanimement tenue pour coupable.» Avec l'évolution des mentalités, «nous repérons de mieux en mieux les mécanismes de bouc émissaire (...). Une fois repérés, ces mécanismes ne jouent plus: nous croyons de moins en moins en la culpabilité des victimes qu'ils exigent, et privées de la nourriture qui les sustente, les institutions dérivées de ces mécanismes s'effondrent une à une autour de nous. Que nous le sachions ou non, ce sont les Évangiles qui sont responsables de cet effondrement.»