img102

Alain Touraine signale comme «le plus grand danger actuel () que l’idée de sujet soit corrompue par lobsession de l’identité.» Car, «il est faux, au nom de l’idée de sujet, de défendre un droit à la différence.» Du moment qu’il s’agit, «dans lesprit de beaucoup, dun droit à la fermeture, à l’homogénéité.» En fait, «le sujet est en-dessous de l’être social et non pas au-dessus de lui. Il est la reconnaissance de la singularité de chaque individu qui veut être traité comme un être de droit. Il ny a pas de découverte du sujet sans un examen de consciencequi descende au-dessous de la conscience.» En effet, «il n’est pas satisfaisant de parler de sécularisation et de désenchantement du monde, comme si on assistait, avec la modernité, au triomphe de la raison instrumentale, du calcul et de l’intérêt.(…) Aucune société ne s’est jamais entièrement définie comme une société de marchands où (…) les intérêts auraient aboli les passions.» Et Touraine d’affirmer : «Il y a ceux qui découvrent le sujet en eux et dans les autres ; ils sont ceux qui font le bien. Et ceux qui cherchent à tuer le sujet dans les autres et en eux-mêmes ; ils sont ceux qui font le mal.»