img094

«Quand les autres accordent une valeur aux solutions que nous trouvons à nos conflits et drames individuels, nous pouvons avoir le sentiment que notre vie est réellement signifiante.» C'est qu'à la faveur de l’évolution, «le mécanisme qui aidait nos ancêtres à ne pas se battre jusqu'à la mort dans la lutte pour la prééminence, l'abandon du combat étant suivi d'une dépression légère, est devenu maintenant la source d'une épidémie.» En effet, «chacun ou presque a parfois le sentiment que la vraie vie ne saurait se limiter à l'existence réelle qu'il mène.» Cependant, il invite à se méfier de la puissante illusion culturelle selon laquelle «il existe un vrai moi, complètement réalisé, enfoui à l'intérieur», et «qu'il nous suffit de nous brancher sur ce moi profond pour atteindre la réussite triomphale que nous espérons.» Dans la perspective de « vivre dans une conception du monde aussi proche que possible de la vérité», il nous faut, selon lui, procéder à un «démantèlement de ces convictions.» Même s’il arrive que l’opération soit cruelle, comme «le jour, peu après mes dix-huit ans, où je me suis réveillé avec cette pensée d'une évidence totale : Dieu n'existe pas.»