img040

La vertu comme “vraie richesse“ «n’a rien de commun avec ces biens extérieurs qui font courir les hommes au-delà de toute raison.» Car, «fondée sur l’effort qui est un bien, elle se révèle une arme imprenable.» Il s’agit donc de «faire table rase de toutes ces coutumes et de toutes ces conventions que la société, pour se maintenir, s’ingénie à inculquer à chacun de ses membres.» En fait, le Cynique «ne considère pas qu’il y a un mystère du monde à percer ni quune divinité a fait l’univers pour l’homme.(…) D’où cette falsification de la philosophie elle-même qui embarrassa tant Platon» puisque, suivant Diogène, «jouer au sage, c’est aussi de la philosophie.» Par conséquent, «voilà bien la formule du bonheur, le code de la vraie réussite d’une vie. Découvrir ses limites, bien sûr, mais avec sérénité: notre condition mortelle n’a rien de si fâcheux quand on l’a assumée d’avance comme une nécessité naturelle sur laquelle on n’a aucun pouvoir, sinon le pouvoir même de l’accepter librement. Tout le reste, par ailleurs, ou peu s’en faut, semble devoir obéir à la maîtrise du sage qui sait se posséder lui-même.» (M.-O. Goulet-Cazé)