img030

«Toute affirmation explicitée devient, par cela même, un thème de discussions possibles.(…) Il est donc nécessaire à toute croyance fondamentale, qu’il s’agisse d’une idéologie sociale ou d’un parti-pris personnel, de trouver, si elle s’exprime, un moyen d’expression qui ne l’étale pas.(…) Il devient nécessaire d’avoir à sa disposition des modes d’expression implicite, qui permettent de laisser entendre sans encourir la responsabilité d’avoir dit.» De ce point de vue, «la présupposition serait une affirmation “faite en passant”, que le destinataire doit croire, mais qui n’est pas censée orienter directement le discours ultérieur.» Partant, «attaquer les présupposés de l’adversaire, c’est, bien plus encore que lorsqu’on nie ce qu’il pose.» Car, «ce refus aboutit à rejeter le dialogue offert par l’interlocuteur au moment où il parlait. Il aboutit donc aussi à accuser l’adversaire non seulement d’avoir dit des choses fausses mais d’avoir agi de façon absurde. Sa parole, en effet, comme toute parole, posait la structure d’un dialogue ultérieur, et, de ce fait, appelait une suite, ouvrait un échange. Mais, en même temps, elle mettait à cet échange des conditions inacceptables, elle rendait impossible la suite qu’elle demandait.»