img013

On admet volontiers avec Philippe Breton que «l’homme de l’humanisme classique est un homme “dirigé de l’intérieur”. De cette conception découlent des schémas comme celui de la “profondeur des sentiments” ou de la “richesse de la vie intérieure”.» Des aspects du dualisme classique proscrits par la conception moderne du monde pour laquelle «l'homme moderne est d'abord un "être communicant". Son intérieur est tout entier à l'extérieur.» Ce qui nous met en présence d’un monde « où les êtres n'existent pas par eux-mêmes mais uniquement dans leurs rapports mutuels.» Il s’ensuit que «la recherche des valeurs se tourne vers l'extérieur.(...) Il n’y a pas de vérité mais uniquement des points de vue.» On conçoit que deux sentiments s’opposent: «Pour les uns, une nouvelle révolution est en train de réaliser sous nos yeux l’idéal de l’émancipation de l’homme, pour les autres, ce monde est désormais (…) un monde de “socialité vide”…».