img002

«La raison d'être de la politique est la liberté, et son champ d'expérience est l'action. Cette liberté (…) est l'opposé même de la "liberté intérieure".» En effet, «l'espace intérieur où le moi est à l'abri du monde ne doit pas être confondu avec le cœur ou l'esprit, qui existent et fonctionnent tous deux seulement en interrelation avec le monde.» À ce propos, «ce sens commun – que le Français nomme suggestivement le bon sens – nous révèle la nature du monde dans la mesure où il est un monde commun.» C’est pourquoi, «juger est une importante activité – sinon la plus importante, en laquelle ce partager-le-monde-avec-autrui se produit.» Dès lors «l'idée selon laquelle je peux choisir de faire tout ce que je désire et qu'il en sortira toujours une espèce de "sens",(...) cela démontre le plus clairement possible que dans ces conditions il n'y a ni nécessité ni sens.» On comprend ainsi que «le courage libère les hommes de leur souci concernant la vie, au bénéfice de la liberté du monde.(…) Telle était la raison de l'anathème jeté par la pensée grecque sur toute la sphère de la vie privée, dont l'"idiotie" consistait en cela qu'elle se préoccupait seulement de survie.»