img001

On distinguera «la connaissance de ce que l'on fait sans recours à l'observation, et la connaissance de ce qui arrive exactement à un moment donné, par exemple au matériau sur lequel on travail. L'une est pratique, l'autre spéculative.» Ainsi, «quelqu'un qui n'aurait pas d'yeux pourrait continuer d'écrire avec un stylo qui n'aurait plus d'encre.(…) Sans les yeux, il sait ce qu'il écrit; mais ses yeux l'assurent que ce qu'il écrit s'écrit effectivement de façon lisible.» On dira donc de "l'action intentionnelle" qu’elle «implique toujours (…) de "bien s'y connaître" dans ce sur quoi porte la description sous laquelle l'action peut être appelée intentionnelle. Cette connaissance s'exerce dans l'action: il s'agit de la connaissance pratique.» Par ailleurs, «certains disent que, par un acte de volonté, on peut obtenir le mouvement de son bras, mais pas celui d'une boîte d'allumettes.(…) S'ils veulent dire qu'ils peuvent remuer le bras mais pas la boîte, je réponds que je peux bouger la boîte. Rien de plus facile.» En somme, «les fondements de l'espoir sont composés à la fois de raisons de vouloir et de raisons de croire que la chose voulue peut arriver; mais les fondements de l'intention sont seulement des raisons d'agir.»